Les maisons passives, la solution pour faire des économies ?

34
Partager :
Photo

L’augmentation des prix du gaz et de l’électricité a entraîné de nouvelles préoccupations pour de nombreux foyers : un approvisionnement en énergie bon marché n’est plus perçu comme allant de soi. Au lieu de cela, de nombreux propriétaires immobiliers réfléchissent aux moyens de réaliser des économies dans leur propre maison. Nombreux sont ceux qui ont donc investi sans hésiter dans une installation solaire ou une pompe à chaleur.

Les personnes qui envisagent de construire une nouvelle maison doivent donc tenir compte non seulement des coûts d’investissement, mais aussi des frais courants. En effet, il ne faut pas seulement rembourser le crédit, mais aussi payer les charges. Plus une maison est construite de manière efficace sur le plan énergétique, plus le potentiel d’économies est élevé. Des frais annexes minimes grâce à une faible consommation d’énergie – c’est ce que promettent les maisons passives.

Lire également : Les travaux relatifs à la rénovation énergétique

Qu’est-ce qu’une maison passive ?

En France, les bâtiments à énergie positive ont déjà fait leur apparition depuis une dizaine d’années. Lorsqu’on s’intéresse au concept de maison passive, la structure du bâtiment est au premier plan. La planification se concentre sur l’optimisation de l’enveloppe thermique afin de créer un climat intérieur agréable et sain.

Par maison passive, on entend un bâtiment qui, en raison de son isolation thermique élevée et de son principe de fonctionnement consistant à réduire de manière significative les pertes de chaleur dues à la ventilation au moyen d’un échangeur de chaleur, n’a généralement pas besoin d’un système de chauffage classique du bâtiment, alimenté en eau.

A découvrir également : Comment trouver un bon électricien en ligne ?

Les maisons sont dites « passives » parce que la majeure partie des besoins en chaleur est couverte par des sources « passives » telles que le rayonnement solaire et la chaleur dégagée par les personnes et les appareils techniques. Il en résulte une faible consommation d’énergie.

Il s’agit d’un concept de construction ouvert à tous et qui ne se limite pas aux seuls bâtiments neufs. Le concept s’oriente vers une certaine performance énergétique que la maison doit remplir. Le mode d’emploi n’est toutefois pas fourni !

Origines

Le concept trouve son origine dans des travaux de recherche internationaux qui se sont penchés sur le confort des maisons qui ne pouvaient être pas ou peu chauffées. Parmi les maisons étudiées, on retrouve notamment la « Saskatchewan Conservation House » au Canada en 1977 et une « maison à énergie zéro » près de Hanovre en 1989.

La première maison construite pour tester le concept de maison passive a été achevée en 1991 à Darmstadt par le Dr Wolfgang Feist et le Dr Bo Adamson. Depuis sa construction, elle est habitée par le Dr Feist et sa famille. Jusqu’à aujourd’hui, les données sur la consommation d’énergie de la maison sont collectées et analysées. Il s’est avéré que le bâtiment présente toujours les caractéristiques prévues, même après plus de 30 ans. Le Dr Feist a fondé en 1996 le Passivhaus-Institut (PHI), un institut de recherche indépendant.

Atteindre la norme de la maison passive

Une maison passive est conçue de sorte que la température de l’air ambiant soit agréable et se situe entre 20 et 25 °C. La température de l’air ambiant ne doit pas être trop élevée. En outre, toutes les surfaces intérieures doivent être suffisamment chaudes pour éviter une trop grande variation entre les températures de l’air et des surfaces et prévenir le risque de moisissure et de condensation.

Bon nombre des principes de la maison passive s’appliquent également à la technologie solaire passive, avec toutefois quelques exceptions importantes. Une maison passive certifiée doit présenter les caractéristiques suivantes :

  • un niveau adéquat d’isolation thermique ;
  • une construction qui réduit les ponts thermiques ;
  • une imperméabilité à l’air ;
  • des fenêtres et des portes de haute qualité ;
  • une ventilation mécanique avec récupération de chaleur.

Pourquoi l’isolation thermique joue-t-elle un rôle si important dans une maison passive ?

Pour contrôler les pertes et les gains de chaleur, une isolation adéquate est nécessaire. L’isolation doit être placée tout autour du bâtiment, car il ne doit pas y avoir de ponts thermiques.

Les ponts thermiques sont des endroits où la chaleur peut s’échapper ou le froid s’infiltrer dans la maison. Des fenêtres non étanches, par exemple, peuvent être responsables de tels ponts thermiques. On le remarque aux courants d’air froids. De plus, lorsque l’air intérieur chaud et humide rencontre une surface suffisamment froide, de la condensation se forme. Des conditions froides et humides augmentent par conséquent le risque de formation de moisissures. Un triple vitrage avec des gaz rares dans les espaces entre les vitres et des films spéciaux ainsi que des profilés de fenêtres bien isolés permettent en revanche d’obtenir un excellent effet isolant.

Une bonne isolation thermique permet en outre à la maison de disposer d’une enveloppe étanche à l’air. Un bâtiment doit certes être aéré, mais uniquement par le biais des possibilités de ventilation prévues. Dans une maison passive, il s’agit d’une installation de ventilation contrôlée avec récupération de chaleur. Elle assure un apport d’air frais et donc un bon climat intérieur. Mais en même temps, elle utilise plus de 80 % de la chaleur de l’air consommé. Cela signifie que la chaleur « passive » gratuite provenant du rayonnement solaire, de la propre chaleur des habitants ainsi que de la chaleur dégagée par les appareils électriques suffit à amener et à maintenir un bâtiment à une température agréable.

Un système de ventilation mécanique est une installation très simple et peu gourmande en énergie, composée de ventilateurs qui font passer l’air sur un échangeur de chaleur. L’échangeur de chaleur transfère l’énergie thermique de l’air sortant à l’air entrant et fait en sorte que l’air extérieur pénètre dans le bâtiment à peu près à la même température que l’air sortant. En hiver, l’air entrant est ainsi préchauffé et en été, la chaleur est restituée à l’air extérieur.

A-t-on besoin de chauffage dans une maison passive ?

Grâce à leur forte isolation thermique, les maisons passives ne nécessitent pratiquement pas d’énergie pour le chauffage. Le poste le plus important reste la production d’eau chaude. Il existe ici plusieurs solutions alternatives. L’énergie pour la production d’eau chaude sanitaire peut par exemple être fournie par une installation solaire. Mais il est également intéressant de recourir à une petite pompe à chaleur qui utilise encore une fois l’air évacué par le système de ventilation. On peut également envisager une production d’eau chaude électrique au moyen d’un chauffe-eau instantané.

Conclusion

La construction de maisons passives est une alternative intéressante aux maisons classiques qui utilisent des combustibles fossiles pour le chauffage. Au lieu d’une cheminée ou de radiateurs, la maison est dotée d’un système de ventilation spécial et d’une isolation particulièrement efficace. Résultat : une maison qui s’adapte toute seule aux différentes saisons. À long terme, une maison passive permet donc d’économiser des frais de chauffage qui, dans le cas d’une maison construite de manière conventionnelle, devraient continuer à augmenter dans un avenir proche.

Partager :