Estimer un terrain : les facteurs clés à prendre en compte

377
Partager :

Faire une estimation d’un terrain est une tâche assez spécifique. La vraie valeur de ce dernier ne peut être déterminée sans prendre en compte certains aspects liés à son emplacement et à son potentiel d’usage : terrain agricole, terrain constructible ou encore terrain non constructible. En fait, l’estimation du coût de ce bien immobilier nécessite la prise en compte d’un certain nombre de données. Et en fonction des cas, la valeur peut fortement varier. Cet article met en avant les facteurs clés qui peuvent impacter sur la valeur d’un terrain.

La superficie du terrain

Pour estimer un terrain, il est important de recueillir toutes les informations concernant le bien en question. Pour cela, il sera nécessaire de consulter le plan cadastral, un document graphique tenu dans chaque commune de France et que tout le monde peut avoir accès, propriétaire ou non. Pour expliquer, il s’agit d’un document graphique des plans de la commune avec la délimitation des parcelles et les constructions qui y sont édifiées. La consultation du plan cadastral de la commune permettra de connaître les limites du terrain ou la surface du bien, un élément essentiel pour faire l’estimation en question. Cela permet aussi de constater s’il y a présence d’éventuelles constructions sur le terrain.

A lire également : Maison individuelle versus appartement : avantages et inconvénients pour un choix éclairé

Sa localisation

La localisation de la parcelle est également un des facteurs clés qui aura un impact significatif sur sa valeur. En fait, un terrain situé dans une zone prisée ou qui présente un fort potentiel de développement aura logiquement une valeur plus élevée. À retenir que l’identification de l’emplacement du terrain permettra de savoir dans quelle zone il se trouve : zone urbaine, à urbaniser, zones agricoles ou encore zones naturelles. En fonction de la zone dans laquelle le terrain est situé, sa valeur ne sera pas la même. Pour déterminer dans laquelle de ces zones se trouve le terrain, il faudra consulter les documents d’urbanisme : PLU (plan local d’urbanisme) qui est aussi propre pour chaque commune et le certificat d’urbanisme.

A découvrir également : Location meublée : les atouts, les bémols et les réglementations

La nature du terrain : constructible ou non ?

La nature du terrain est aussi un des facteurs qui ont un impact sur sa valeur. Si le terrain est jugé constructible, autrement dit apte à recevoir une construction, il aura une valeur plus conséquente, surtout s’il est situé en zone urbaine. Autrement dit, la valeur d’un terrain est extrêmement variable d’une région à une autre. Il faut comprendre que les terrains seront constructibles après élaboration d’un projet d’aménagement au profit de la commune ou après révision du PLU, sans quoi, il reste non constructible, cas des terrains en zone à urbaniser.

En fait, pour qu’un terrain soit jugé constructible, il doit répondre à quelques conditions essentielles. À savoir :

  • la zone d’urbanisme : les zones dans lesquelles les constructions sont autorisées, consultable auprès de la commune dans le Plan Local d’Urbanisme (PLU).
  • la nature du sol : est-ce que le terrain est adapté à la construction
  • les règles environnementales en lien à des restrictions de construction
  • la servitude d’utilité publique (canalisations, présence de lignes électriques, réseau de chauffages, etc.).

Partager :