Protection contre les loyers impayés : solutions et conseils

463
Partager :

Pour les propriétaires bailleurs, faire face à des locataires mauvais payeurs et à des loyers impayés représente une des plus grandes craintes. Si vous avez cette crainte, c’est tout à fait normal, mais ce n’est pas une raison de laisser votre logement vide. Il existe d’ailleurs des solutions pour vous protéger contre ces loyers impayés. On vous liste quelques solutions et conseils.

L’assurance loyers impayés

Sur le marché, différentes compagnies proposent aux bailleurs des contrats d’assurance loyers impayés, appelés aussi garanties loyers impayés. C’est le propriétaire qui le souscrit et qui s’acquitte des mensualités y afférentes. La souscription à cette assurance n’est pas obligatoire, mais c’est une bonne solution pour se protéger des loyers impayés.

A voir aussi : Le statut LMNP et tous ses avantages fiscaux

Précisons que chaque contrat est différent et pour comprendre les modalités de remboursement des loyers impayés, vous devez lire entre les lignes. Vous devez vérifier entre autres les délais indiqués dans les contrats, les exigences sur la sélection du locataire et le plafond de remboursement. Il faut aussi comprendre que certains contrats se limitent au remboursement des loyers impayés tandis que pour d’autres, le remboursement s’étale sur les charges impayées, le départ anticipé ou le décès du locataire, la prise en charge de l’éventuelle action en justice et/ou la détérioration immobilière causée par le locataire. L’assurance loyers impayés présente un coût qui fait entre 2,5 et 4% du loyer. Protégez vous contre les loyers impayés avec la garantie loyers impayés.

La garantie Visale

Dans la liste des solutions contre les loyers impayés, on peut également vous parler de la garantie ou de la caution Visale. Il ne faut pas confondre cette dernière avec l’assurance loyer impayé, même s’il s’agit d’une assurance. La garantie Visale est une assurance gratuite financée par Action Logement. Pour faire simple, Action Logement se présente alors comme garant pour locataire. La garantie Visale vous permettra d’avoir le remboursement des impayés de loyers pendant un certain délai si en locataire, vous avez un salarié précaire ou un jeune de moins de 30 ans. C’est intéressant, dites-vous, sachez que la caution Visale n’est pas accessible à tous.

A découvrir également : Rénover une maison ancienne : découvrez nos astuces pour lui donner une seconde vie !

Comme la Visale est gratuite, autrement dit, comme il n’y a pas de mensualités à verser, c’est le locataire qui sera engagé. En effet, ce dernier devra assurer le remboursement auprès d’Action logement pour ne pas perdre le logement. Rappelons que la garantie Visale peut aussi couvrir les dégradations du bien loué.

Un bon locataire

Pour éviter ces loyers impayés, vous pouvez tout simplement bien choisir votre locataire. L’idée est de zapper les locataires insolvables. Dans le dossier de location, vous pouvez demander un contrat de travail, des pièces justifiant les ressources perçues par le candidat et ses trois dernières quittances de loyer. Rassemblez le maximum d’informations et prenez le temps de les vérifier pour apprécier la fiabilité du candidat.

Vous pouvez aussi organiser un petit entretien avec les potentiels locataires pour faire une analyse comportementale. Même si vous n’êtes pas expert, vous pouvez avoir une idée de la gestion des revenus du candidat si vous faites un rapprochement entre son métier et son train de vie.

Une caution

Dans l’optique de vous prémunir contre ces impayés, vous avez également le droit d’exiger une caution, appelé aussi garant au locataire. La caution ou le garant est tout simplement une personne qui s’engage à payer les dettes locatives, notamment les loyers impayés et les charges locatives du locataire ainsi que les frais de remise en état du bien s’il a été dégradé. La caution peut être une personne physique comme un parent ou un ami du locataire ou une personne morale comme une entreprise ou un établissement bancaire. Le propriétaire bailleur peut alors exiger de ce garant quelques documents justifiant sa solidité financière.

Partager :