Quel salaire pour emprunter 300 000 euros ?

2
Partager :

Ça y est, vous avez jeté votre dévolu sur un bel appartement au cœur de la ville ou au contraire sur une grande maison à la campagne ? Pour acquérir ce bien qui fait l’objet de vos convoitises, vous avez besoin d’un prêt hypothécaire de 300.000 euros. Mais de quel salaire avez-vous besoin pour obtenir ce prêt ?

Combien de revenu ai-je besoin pour un prêt de 300 000 euros ?

Pour faire simple, si vous demandez un prêt hypothécaire alors que vous n’avez aucune charge, le calcul de votre taux d’endettement maximum est extrêmement simple.

A voir aussi : Pourquoi est-ce qu'il fuit dans ma cheminée ?

Il correspond à 33% de vos salaires si vous achetez votre résidence principale, et à 35% de vos salaires si vous achetez votre résidence secondaire.

Combien puis-je emprunter en France ?

Pour le déterminer, une banque française calculera le coût mensuel maximal du prêt hypothécaire que vous pouvez supporter. Ce calcul est effectué à l’aide de la formule suivante, parfois appelée « la règle des 33 % » :

A découvrir également : Comment refaire un mur de briques rouges à l'intérieur ?

Coût mensuel maximum du prêt hypothécaire = Revenu x 0,33 – dépenses financières existantes.

Comment le revenu est-il calculé ?

Il est calculé sur votre « net imposable », c’est-à-dire après les charges sociales mais avant l’impôt sur le revenu. Ce chiffre figure sur votre bulletin de salaire ou sur votre déclaration d’impôt sur le revenu.

Comment sont calculées mes charges financières existantes ?

Il s’agit du coût mensuel de tout emprunt existant (y compris les assurances obligatoires), du loyer, des baux et de l’entretien des enfants. Les prélèvements automatiques réguliers, tels que les factures de téléphone et de services publics, ne sont pas inclus dans ce calcul. Seules les dépenses qui resteront après l’émission de la nouvelle hypothèque seront incluses.

Qu’est-ce qui est inclus dans le coût mensuel maximal du prêt hypothécaire ?

Ce montant est basé sur le coût total du prêt hypothécaire, qui comprend les frais et les assurances. Les banques françaises insistent pour prendre une assurance-vie hypothécaire pour les résidents français.

Exceptions à la règle des 33

En décembre 2019, l’autorité française de stabilité financière, le Haut Conseil de Stabilité Financière (HCSF), a publié une déclaration mettant en garde contre les pratiques de prêt de plus en plus indulgentes et a conseillé aux banques et aux autres prêteurs de suivre la règle des 33 %. Cependant, il a précisé que jusqu’à 15 % des nouveaux prêts pouvaient dépasser cette règle, principalement dans le cas des primo-accédants et de ceux qui achètent leur résidence principale, dans une limite absolue de sept fois vos revenus annuels. La principale indication pour savoir si le montant maximal de vos frais financiers autorisés sera de 33 %, supérieur ou inférieur, sera votre « reste à vivre », ou votre « reste à vivre ».

Reste à vivre

Il s’agit de votre revenu mensuel moins vos coûts mensuels, y compris les coûts de votre nouveau prêt, comme décrit ci-dessus. Si ce montant est important, vous risquez de dépasser la règle des 33 % ; s’il s’agit d’un petit montant, votre limite peut être inférieure à 33 %. Le fait que la banque juge que vous disposez d’un montant suffisant pour vivre dépendra en partie du fait que vous ayez des enfants ou d’autres personnes à charge.

Autres facteurs

La banque examinera votre profil général, qui comprend des facteurs tels que la gestion de votre compte bancaire (pas d’utilisation excessive de découverts ou de paiements manqués), la possibilité que l’achat augmente considérablement vos frais mensuels, votre âge et votre carrière. En ce qui concerne les coûts du prêt hypothécaire, des durées plus courtes et des revenus plus élevés augmentent généralement la compétitivité du taux d’intérêt que vous pouvez obtenir.

Partager :